La Sicile – Cépages blancs et terroirs

Mon plus grand plaisir concernant les vins siciliens, mise à part l’élégance des nerello mascalese d’Etna, à été de redécouvrir leurs blancs.

Cépages blancs et terroirs

Catarratto

En blanc, le cépage le plus planté sur l’île est le catarratto. C’est un cépage qui a tendance à donner des vins très alcoolisés, gras et riches qui peuvent déborder dans l’exubérance des fruits tropicaux.

Le meilleur catarratto que j’ai gouté à date provient de Francesco Guccione à Monreale. Sur des terres brunes, argileuses, ferreuses et crayonneuses, les meilleurs clones de ce cépage sont présents sur ce terroir sec où les vignes doivent creuser profondément pour trouver l’eau. Autant les agrumes, qui rappellent la Sicile, que les amandes toastées en font un vin distinct. Surtout, c’est une salinité rappelant les blancs sur sols volcaniques à Etna, qui reste en bouche. Le contact des peaux a donné un vin de couleur plus intense, une richesse en bouche également.

Le choix à la SAQ en matière de Catarratto qualitatif est restreint à De Bartoli. Non, on n’atteint pas les profondeurs de Guccionne ou de Barraco, mais dans cet exemple plus honnête et simpliste, sans rien enlever à cet excellent producteur, je pense qu’on en a pour son argent.

Grillo

Satisfaire sa soif et arroser des plats de poissons et de fruits de mer à la plancha, le Grillo remplit assidûment cette tâche!

C’est un peu le vinho verde version sicilienne. Craquant en bouche, précis et droit, les agrumes et une touche herbacée en finale, on ne se complique pas la vie et cela se boit avec une grande facilité. Et pourtant, il existe des exemples plus profonds tout en rafraîchissants. J’ai gouté à des Grillo de la maison Valle dell’Acate (cuvée Zagra) qui avait juste assez de menthe, de minéralité sur les coquillages et de fleurs pour démontrer la complexité possible.

Fiano, Ansonica ou Inzolia

Il est important de défendre les choix d’inclusion de certains cépages moins connus, que j’ai sur ma carte de vins, tout en expliquant l’exclusion des autres. Par exemple, j’inclus moins fréquemment des vins bordelais au restaurant parce que je peux et cherche à mettre en lumière des assemblages semblables, mais réalisés dans d’autres pays ou d’autres régions comme les excellents vins du Sud-Ouest (Marmandais, Bergerac par exemples). Cela pour faire découvrir des alternatives, ouvrir des horizons.

Concernant le cépage ansonica, aussi appelé inzolia, à ce jour je n’ai pas gouté des exemples qui suscitaient ma curiosité. Les vins ont des arômes de noix, quelque peu oxydatif, avec une bouche souple qui évoque le miel. Utilisé principalement dans l’élaboration de vin fortifié (Marsala), l’ansonica est destiné, semble-t-il, a demeuré ce qu’on appelle un vin honnête, qui n’ambitionne pas trop mais est incapable de nous amener ailleurs. Peut-être que c’est parce que ce cépage n’a pas beaucoup d’acidité ou qu’on cherche une complexité qui n’est pas là. C’est un peu comme gagner une médaille de participation, la satisfaction est rapidement oubliée. C’est pourquoi je vous recommande d’essayer le Fiano Cometa de la Maison Planeta. Ce n’est pas un cépage indigène de la Sicile, il provient de la Campanie, mais il suscite beaucoup plus d’intérêt. Vous retrouvez les caractéristiques noix et miel, mais sans doute avec plus de profondeur puisque ce vin a une acidité qui lui permet d’évoluer dans le temps et de gagner en complexité.

Bons choix à la SAQ

Marco De Bartoli

Grillo axé sur la minéralité et l’exotisme. Importé par Oenopole.

En savoir plus 

Planeta Etna Bianco

Carricante en monocépage sur sols volcaniques! Importé par Balthazard.

En savoir plus

Planeta La Cometa

Fiano qui fait rêver. Qui l’aurait cru en Sicile?

En savoir plus