La Sicile – Cépages rouges et terroirs

En rouge, comme en blanc, la SAQ détient une offre impressionnante des divers cépages siciliens. J’aimerais commencer par dire que « corsé » et « rustique » sont souvent les termes employés pour caractériser les vins siciliens.

Les préjugés associés aux vins rouges siciliens proviennent souvent de gens qui ont eu des mauvaises expériences avec le nero d’Avola ou des politiques gouvernants les vins blancs secs et permettent l’appellation Denominazione, en Italie, ou DOC et requiert d’être de « couleur paille avec des reflets verts » ce qui est trop vague pour s’appliquer à un territoire viticole allant du Piémont à la Sardaigne. Ainsi, beaucoup des blancs paraissent sans grand caractère comparé aux rouges… Mais puisqu’ici, je traite uniquement des artisans qui travaillent bien et qui s’en foutent royalement des institutions règlementaires, redécouvrons les cépages qui font la magie de la Sicile.

Cépages rouges et terroirs

Nero d’Avola

Le nero d’Avola, le cépage rouge phare et qui est le plus planté sur l’île, a sans doute contribué à cette impression, ainsi que le vin Corvo de la maison Duca di Salapruta (près de dix million de bouteilles produites à chaque année). Oubliez-les! Tout comme Fuzion n’est pas la référence en Argentine, le Corvo ne l’est pas non plus. Le nero d’Avola peut donner des merveilleux résultats, même si parfois on le compare à un vieillard sicilien, grognon, difficile et borné. Il dégage même des arômes de vieux : tabac, menthol-anisé, cèdre, café…! Pourtant un certain fruit rouge, mûrit, est caché en dessous de tout ça, et rappelle la cerise noire. Ne cherchez pas de fruit charmeur lorsqu’on vous bombarde d’épices.

Je pense à tort que certains le compare au shiraz australien, mais il n’atteint jamais le même côté gourmand et riche en poivre. Ici, il est mieux maîtrisé dans son énergie. Les meilleurs exemples de nero d’Avola proviennent de l’appellation Cerasuolo di Vittoria. En fait, il s’agit d’assemblages de nero d’Avola et de frappato.

Le côté rustique se trouve équilibré par une fraîcheur quasi festive de fraises et sève de conifères.

On a le meilleur des deux mondes. Par exemple, le Cos et Occhipinti, tous les deux disponibles à la SAQ, ou le Valle delle’Acate (importations Roucet). Un autre très bon exemple de nero d’Avola en monocépage provient de Tasca d’Almerita avec la cuvée Lamuri, signifiant amour en dialecte local. Disponible en succursale, ce vin a été douze mois en chêne français et est très accessible.

Frappato

Le frappato nerocapitano est le cépage pour ceux qui désirent l’opposé du nero d’Avola : fraîcheur avec un côté sapin et cèdre, charme fruité et souplesse tannique. On peut aussi trouver des styles plus axés sur le fruit, simple et facile à boire. Mais c’est aussi un cépage qui peut démontrer énormément de profondeur, je pense à Lamoresca au sud de Catania, de Filippo Rizzo, situé autour d’oliviers et de menthe sauvage. L’âge des vignes et la polyculture donnent des vins terreux, très minéraux et surprenants.

Perricone

Ce cépage est aussi connu sous le nom de pignatello. Selon l’écrivain Oz Clark, c’est un cépage très tannique, foncé et avec une propension à donner des vins très alcoolique. Oui, mais ça c’était le passé ! Les meilleurs exemples de ce cépage que j’ai goûté récemment provenaient de la région de Monreale, à 40km au sud de Palerme. Le cépage réussi autant en mono cépage ou en assemblage, habituellement agencé du nerello mascalese. Le perricone offre une combinaison florale et cerise noire au nez, mais une richesse animale et sanguine en bouche. Il en est amélioré à être carafé. Fracesco Guccionne, de Monreale, et Nino Barraco, de Marsala, sont deux vignerons qui réussissent très bien ce cépage, gardant une précision et une puissance maîtrisé dans leurs vins.

Etna et le nerello

La région de l’Etna produit des rouges issus de nerello mascalese et de nerello cappuccio. C’est le terroir en vogue en Italie. Des vignerons toscans s’y sont même installés, alors qu’il y a vingt ans, la région comptait uniquement une douzaine de vignerons. Les vins sont plus chers ici à cause des conditions suivantes : l’altitude du volcan toujours actif et le faible rendement des vieilles vignes. Le premier cépage est considéré plus qualitatif, alors que le second est utilisé pour renforcer la couleur et le niveau alcoolique.

Au niveau génétique, il y a beaucoup de parenté entre le nerello et le sangiovese permettant à plusieurs ampélographes de conclure qu’il s’agit d’une mutation du sangiovese et d’un cépage jusqu’alors non-identifié.

Un client qui cherche du pinot noir bourguignon peut être amené à choisir un vin de cette région. Concernant les rouges d’Etna, je pense qu’il est juste de dire qu’ils combinent la finesse des Côtes-de-Nuits et la complexité des barolo. Les producteurs à découvrir sont sans doute : Gulfi, Les Vignes di Eli et Franck Cornelissen. Disponibles en succursales, il y a Terre Nerre, Tenuta Massetti Setteporte et Benanti.

Bons choix à la SAQ

Morgante Nero d’Avola

Rapport qualité-prix imbattable: fruits noirs et charme.

En savoir plus

Terre Nere Etna Rosso

Vin de nerello mascalese de Marco de Grazia. Superbe!

En savoir plus

Cos Frappato

Du Frappato pour les anges: fruité et complexe.

En savoir plus